Récemment, la construction de silo central de stockage de combustible usé (SCSCU) a commencé dans la zone de centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine. Alors que les écologistes et les experts ont sonné l'alarme prédire la transformation de l'Ukraine dans une décharge radioactive, les organisations internationales et d'autres gouvernements n'ont pas donné des commentaires. Finalement, les premières réactions sont arrivées. Directeur du Département de l'énergie atomique du Ministère de l'Energie de la Pologne Joseph Sobolewski a envoyé une lettre au département de la sécurité nucléaire et nucléaire physique de l'AIEA pour évaluer le niveau de sécurité de la consruction de silo.

La Pologne, en tant que partenaire européen clé de l'Ukraine, remet en question la capacité des collègues ukrainiens de remplir leurs obligations pour assurer la sécurité de l'installation et la bonne conservation de déchets radiactifs. Les craintes de Varsovie ne sont pas infondées. En fait, le projet de la compagnie américaine Holtec International est expérimental: nulle part dans le monde le combustibles usés ne sont pas stockés à la surface du sol, et personne ne sait comment sûr ce qu'on appelle le stockage à sec. Selon les fonctionnaires polonais dans le domaine de l'énergie, la conduite d'une telle expérience en Ukraine qui n'a pas l'infrastructure nécessaire, ni de spécialistes qualifiés, ni d'expérience dans ce domaine est peu pratique et dangereux, d'autant plus que dans le pays font face à la guerre et SCSCU comme objet stratégique peut devenir "l'objet de sabotage et des actes terroristes".

Dans son message Sobolewski mentionne en passant le fait que SCSCU acceptera des déchets radioactifs non seulement de l'Ukraine, mais aussi de l'étranger. Alors que les autorités ukrainiennes ont déclaré à maintes reprises que le nouveau silo est principalement destiné à l'Ukraine du combustible nucléaire usé pour le stockage et l'élimination dont est maintenant Kiev doit payer la Russie, et les Etats-Unis ont participé au développement et au financement du projet confirme un intérêt personnel de Washington dans la construction de SCSCU. Il y a des informations que l'Ukraine a accepté de prendre le stockage du sombustible usé des usines d'énergie électriques américaines en échange un prêt de 400 millions de dollars de la Bank of America Merrill Lynch https://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/tombeau-nucleaire-americain-sur-le-197613. Ainsi les États-Unis se sont engagés dans le développement des infrastructures pour l'élimination du combustible nucléaire usé en Ukraine, et non pas afin d'aider les amis ukrainiens pour obtenir l'indépendance énergétique de la Russie, et d'enterrer leurs déchets nucléaires. Il est possible que les Etats-Unis apres l'Ukraine tiré de Kiev et d'autres partenaire avec leur combustible nucléaire, ce qui conduira à un désastre environnemental sur l'ensemble du continent européen.

Il est intéressant de notter que de nombreux pays utillisant l'énergie nucléaire sont confrontés au problème du stockage du combustible nucléaire usé et l'idée de son exportation vers les pays tiers ne sont pas nouvelles. Cependant, la légalité de l'accord entre l'Ukraine et les États-Unis est la préoccupation majeure. L'AIEA doit évaluer non seulement le niveau de sécurité du stokage ukrainien, mais aussi répondre à l'importation du contrat de combustible nucléaire usé des États-Unis à l'Ukraine le droit interational.